mardi 14 mars 2017

Le musée en balade



Dans le cadre de la manifestation Avril en Balade, le musée d’Uzès vous propose deux balades avec visites commentées, en lien avec ses collections.
  
Balade « Poteries Pichon, au fil du val d’Eure »
Samedi 8 avril 2017, de 14h à 18h

Gratuit, réservation obligatoire sur www.avrilenbalade.fr
Découvrez deux siècles de poterie à Uzès avec la famille Pichon ! Visite de la salle Pichon au musée d'Uzès, commentée par Jean-Paul Pichon. Trajet à pied le long du val d'Eure pour atteindre l'atelier Pichon à Pont des Charrettes. Visite de l'atelier et démonstrations par Jean-Paul Pichon puis retour à pied vers le musée par le val d'Eure.
Prévoir de bonnes chaussures, eau et chapeau.
Durée totale : 4h, dont 2h de marche (6 km).
  
Balade « Botanique et Préhistoire »
Jeudi 13 avril 2017, de 9h à 12h

Tarif adultes 5 €, enfants 3 €, réservation obligatoire sur www.avrilenbalade.fr
En partenariat avec le Jardin Médiéval d’Uzès, découverte du site archéologique du Petit Coucouyon à La Capelle et Masmolène, et des plantes utilisées à la Préhistoire. La balade se poursuit par une visite guidée des collections archéologiques du musée d’Uzès, provenant de sites préhistoriques de l’Uzège.
Prévoir un trajet en voiture en cours de balade.
Durée totale : 3h, dont 30mn de marche (600 m).

Informations et réservations sur www.avrilenbalade.fr

mardi 7 février 2017

Réouverture et nouvelles acquisitions

Après la fermeture annuelle du mois de janvier, le musée Georges Borias réouvre ses portes mercredi 1er février en présentant quelques-unes de ses dernières acquisitions : dépôts, dons de particuliers ou achats de l’association des Amis du musée. Tous ces objets racontent l’histoire de l’Uzège, de ses traditions, de ses habitants et des artistes ou écrivains qui y ont trouvé l’inspiration. Des objets surprenants à découvrir au fil des salles du musée !


Liste des objets présentés

  • Assiette en étain, par Bertrand Mathieu, fin XVIIe siècle, achat des Amis du Musée
  • La Tentative amoureuse, par André Gide, illustrations de Marie Laurencin, 1921, achat des Amis du Musée
  • Ensemble de bas de soie, XIXe, don de Véronique Ausset-Pallier
  • Ensemble de 12 dessins, vues de Saint-Siffret par Georges Borias, 1943-45, don de la famille Borias
  • Compotier, fabrique Pichon, XIXe, don de Christine de Charnisay
  • Machine à coudre, marque du magasin Peladan d’Uzès, début XXe, don de Nicole Teissier
  • Objets trouvés dans la tour de l’Evêque (sifflet, nécessaire à coudre, balles en cuir), XIXe, don de l’association In Situ
  • Stèle funéraire de tonnelier, époque gallo-romaine, dépôt de la commune de Vallabrix

mardi 22 novembre 2016

Ateliers dessin avec Jepida


Détournez / Réinterprétez un tableau du musée !


Le musée et la MJC d’Uzès vous proposent un atelier avec le dessinateur humoriste Jepida, autour d’un  tableau de José Belon, « La Lutte d’Hommes » (1887).

Détournez et réinterprétez de façon humoristique ce tableau emblématique des fêtes votives d’Uzès, fourmillant de personnages et de détails pittoresques !

Les travaux des participants seront exposés à la MJC du 6 au 9 décembre, et au musée du 20 au 31 décembre. A vos crayons !




Ateliers dessin au musée

Jeudi 1er  et dimanche 4 décembre 2016, de 15h à 17h. Gratuit sur inscription au 06 15 09 68 47 ou au 04 66 22 57 23 (nombre de places limité).




Présentation des travaux

MJC – Maison pour Tous, Place de Verdun (anciennes casernes), du 6 au 9 décembre. Inauguration mardi 6 décembre à 18h30.

Musée Georges Borias, ancien Evêché, 30 700 Uzès. Du 20 au 31 décembre. Entrée gratuite pour les participants aux ateliers.

jeudi 6 octobre 2016

Exposition "David Maes, Offrandes inégalables"


Biennale SUDestampe 2016

Depuis 2010, le musée d’Uzès a le plaisir de s’associer à la biennale de l’estampe organisée par l’association SUDestampe dans divers lieux du Gard.

Cette année notre invité est David Maes, peintre et graveur de renommée internationale (ses oeuvres figurent dans les collections de la BNF et de nombreux musées français et étrangers), qui a longtemps vécu en Uzège.
Il a choisi d’investir la salle Gide pour y présenter ses estampes spécialement réalisées pour l’exposition, librement inspirées par deux livres d’André Gide : Thésée et Et nunc manet in te.
A partir de ce dernier texte, consacré à la mémoire de Madeleine Gide, l’épouse de l’écrivain, David Maes s’attache à la trop discrète figure de celle qui écrivit à son mari : « Ma part a été très belle. J’ai eu le meilleur de ton âme, la tendresse de ton enfance et de ta jeunesse. Et je sais que, vivante ou morte, j’aurai l’âme de ta vieillesse. » 

I Am a Wonder : Among Flowers (Pour Madeleine), pointe sèche, 2016


David Maes : Quelques mots à propos des gravures présentées au musée Georges Borias

Deux livres de Gide ont attiré mon attention, Thésée (1946) et Et Nunc Manet in Te (1951). Le thème du sacrifice parcourt ces deux livres, et c’est à partir de ce thème que j’ai choisi de travailler. Sacrifice compris dans sa double acception : celle de l’offrande faite à une divinité, celle du renoncement volontaire à quelque chose ou à quelqu’un.
  
Offrande 
Dans Thésée, Gide bâtit un récit autour de ce personnage complexe de la mythologie grecque. Thésée est celui qui réussit à tuer le Minotaure, ce monstre possédant le corps d’un homme et la tête d’un taureau, né des amours de Pasiphaé et d’un taureau blanc envoyé par Poséidon. Le Minotaure fut enfermé par le roi Minos dans le labyrinthe, situé à Cnossos (Crète) et concçu par Dédale, afin qu’il ne puisse s’en échapper et que nul ne découvre son existence.
Lors d’une guerre provoquée par la mort d’un des fils du roi Minos, Athènes est affamée par un terrible siège qui ne prend fin qu’à partir du moment où les Athéniens proposent à Minos de choisir le tribut qu’il veut pour le lever. Minos exige alors que tous les neuf ans, Egée, roi d’Athènes et père de Thésée, lui livre sept jeunes hommes et sept jeunes femmes qui seront sacrifiés au Minotaure. Thésée se porte volontaire. 
C’est à partir de cette histoire de sacrifice de quatorze jeunes personnes que j’ai choisi de réaliser quatorze portraits de jeunes gens que je connais ou que j’ai eu l’occasion de croiser. Une partie de cette série de portraits occupe un des murs de la salle André Gide. Parmi ces portraits se trouve une gravure du Minotaure que j’ai réalisée en 2002 pour l’exposition « Le Minotaure » qui a eu lieu à la Chapellle des Jésuites à Nîmes.

Renoncement
 Face à ces portraits se trouve un grand triptyque : I am a Wonder : Among Flowers. Cette gravure est dédicacée à Madeleine Gide, femme d’André Gide et le sujet de Et Nunc Manet in Te (ce titre est tiré d’un poème de Virgile, le Culex, et signifie « Et maintenant elle survit en toi »). Ecrit peu après la mort de Madeleine, Et Nunc Manet in Te apparaît comme une sorte de confession dans laquelle Gide dresse le portrait de sa vie conjugale, son côté « impossible » dû à son homosexualité. Pour cette raison, mais pas seulement, Madeleine a passé sa vie dans une forme de renoncement au point où elle en devient presque absente.
I am a Wonder : Among Flowers n’est pas un portrait de Madeleine, mais une tentative de lui donner une certaine présence dans cette salle dédiée à son mari.

David Maes, septembre 2016 


Exposition David Maes, "Offrandes inégalables", du 30 septembre au 31 décembre 2016
Programme complet de la Biennale 2016 SUDestampe sur www.sudestampe.fr

Retrouvez David Maes dans l'émission Fréquence Musées sur Fuze !